Décès de Célébrité

L’ancien ministre de la culture Frédéric Mitterrand est mort à 76 ans d’un cancer

Frédéric Mitterrand ministre de la Culture, animateur de télévision et fan de cinéma est mort à l’âge de 76 ans. Il se battait depuis plus d’un an contre un cancer, maladie dont il avait fait état publiquement.

Frédéric Mitterrand est mort à l’âge de 76 ans d’un cancer

Cinéaste, producteur, journaliste, écrivain, ancien ministre de la Culture et membre de l’Académie des beaux-arts, Frédéric Mitterrand est décédé à 76 ans. Il se battait depuis plus d’un an contre un cancer, maladie dont il avait fait état publiquement.

Il est parfois difficile de se forger une identité lorsque l’on porte le nom de ses parents. Pour Frédéric Mitterrand, porter le même nom que son oncle, François Mitterrand, a été à la fois un avantage et un inconvénient. Il a dû le gérer tout au long de sa carrière. « C’est à la fois un multiplicateur d’avantages et un multiplicateur de problèmes », déclarait-il en 1992 lors d’une interview avec Thierry Ardisson. « Certaines personnes deviennent plus aimables, d’autres moins aimables. Mais si les gens réagissent ainsi à cause de cela, ils se trompent. Cela n’a aucun sens. »

Frédéric Mitterrand est mort à l'âge de 76 ans d'un cancer
L’ancien ministre de la culture Frédéric Mitterrand est mort à 76 ans d’un cancer

Pour se détacher tant au sens propre qu’au sens figuré de cette parenté encombrante, le chemin a été long. Le même nom, la même connotation, une évidente connexion jusqu’à certaines similitudes physiques frappantes. Mais également une distance ressentie, entretenue puis affirmée au fil des années. Bien que François Mitterrand ait été attentif à sa grande famille, il n’en faisait pas étalage dans sa carrière publique.

Frédéric Mitterrand a évolué au sein d’une France façonnées par son oncle

De son adolescence jusqu’à sa vie adulte bien avancée, Frédéric Mitterrand a évolué au sein d’une famille et d’une France façonnées par son oncle. Il est né l’année où François Mitterrand est devenu ministre pour la première fois. À dix-huit ans, il a assisté au ballottage de De Gaulle face à l’impétueux de Jarnac. Quand il a trente-trois ans, il est témoin de la première victoire du socialiste à la présidentielle. À quarante-sept ans, il a vu « son oncle » céder le pouvoir. Pendant longtemps, il a hésité à évoquer cette ombre qui pesait sur lui, tout en reconnaissant son influence. Ce n’est que lorsque François Mitterrand a quitté l’Élysée qu’il a publié un livre, « Les Années De Gaulle », dans lequel il exprime son admiration pour le général et évoque ses conflits intérieurs en tant qu’enfant Mitterrand.

L'ancien ministre de la culture Frédéric Mitterrand est mort à 76 ans le 20 mars 2024
L’ancien ministre Frédéric Mitterrand est mort à 76 ans d’un cancer, sur la photo à l’antenne Europe 1

Dans ce témoignage-manifeste, Frédéric Mitterrand révèle davantage ses faiblesses humaines que sa conscience politique. Ce texte soutenait son engagement dans la campagne de Jacques Chirac, un choix que la gauche a interprété comme une trahison, mais qu’il justifiait en expliquant sa lassitude d’attendre de l’affection. Publié à l’automne 1995, quelques semaines avant la mort de son oncle, ce livre a suscité des réactions mitigées. Frédéric Mitterrand aurait rejeté ces accusations avec un regard perçant et un sourire énigmatique, avant de passer à autre chose.

Frédéric Mitterrand ancien ministre de la culture est mort à 76 ans
L’Olympic Cinema en 1971 dirigé par Frédéric Mitterrand

Frédéric Mitterrand et sa passion pour le cinéma

Né de l’union entre Edith Cahier et Robert Mitterrand, et grand frère de l’ancien président de la République, Frédéric Mitterrand est né le 21 août 1947 à Paris. Issu du XVIe arrondissement, il est le plus jeune d’une fratrie de trois garçons. Après une scolarité sans encombre, il marque les esprits en 1968 en se présentant au concours de l’ENA, obtenant l’admissibilité mais ne passant jamais l’oral. Ce n’était pas une décision politique, mais plutôt une histoire sentimentale, qu’il présentera comme une excuse. Il voulait aussi marquer sa différence vis-à-vis de ses aînés : ingénieur, ministre, militaire, élu, les Mitterrand ont déjà beaucoup donné à la France. Frédéric, lui, se tourne vers le cinéma, sa passion.

Frédéric Mitterrand garde un souvenir vif d’un tournage auquel il a participé à l’âge de 12 ans : « Fortunat », aux côtés de Bourvil et de Michèle Morgan, qui jouait le rôle de sa mère à l’écran. Déjà rebelle, il s’était rendu seul aux auditions, puis seul aux essais, le bras dans une écharpe, sans en informer ses parents. Avec audace, il avait dissimulé son nom, invoquant « la timidité » pour ceux qui étaient disposés à le croire. Au générique, il est crédité sous le nom de Frédéric Robert. Il racontera toute sa vie comment il s’est retrouvé ainsi dans le lit de la célèbre actrice, le temps d’une scène.

Frédéric Mitterrand est mort à l'âge de 76 ans le mercredi 20 mars 2024
Frédéric Mitterrand et ses trois fils : Mathieu, Jihed et Saïd

Des dettes de plusieurs millions de francs à rembourser

Douze ans plus tard, en 1971, Frédéric Mitterrand répond à une petite annonce et achète une salle de cinéma à Paris. Puis deux, puis trois. En quelques années, il établit un réseau de cinémas d’art et d’essai, proposant des classiques ainsi que des films provenant des quatre coins du monde, une rareté en France à l’époque. Il programme des œuvres de Lamarr, Kurosawa, Duras, Bergman, Loach, et bien d’autres encore. L’entreprise est florissante, mais les finances sont précaires. Après quinze ans, il se résigne à fermer son réseau Olympic. Il se retrouve avec des dettes s’élevant à plusieurs millions de francs à rembourser.

Entre-temps, ce directeur de salles excentrique, doué pour les relations sociales, élargit ses activités tout en restant lié au monde du cinéma. Il passe de l’ombre des projecteurs à la réalisation avec « Lettres d’amour en Somalie », un film mêlant documentaire sur la Corne de l’Afrique et journal intime d’un homme laissé par son amant. Son écriture et sa voix y jouent un rôle central.

Frédéric Mitterrand est décédé à 76 ans d'un cancer
Frédéric Mitterrand aux rencontres de la photographie à Arles en 2011

La télévision lui ouvre ses portes après al victoire de François Mitterrand

Il évolue également devant la caméra, d’abord sur TF1, puis sur Antenne 2. Ces chaines lui ouvrent leurs portes juste après la victoire de François Mitterrand. Son style, qui deviendra la marque de fabrique des humoristes et des imitateurs, tranche avec celui des présentateurs traditionnels auxquels les téléspectateurs sont habitués. Tout comme avec « son oncle », on peut aimer ou ne pas aimer, mais il ne laisse personne indifférent.

Dans l’émission « Étoiles et Toiles », aux côtés de Martine Jouando, Frédéric Mitterrand défend avec enthousiasme la diversité du cinéma mondial. Il met en avant la vitalité du cinéma turc, le réalisme de la production allemande et la grandeur intemporelle d’Hollywood. L’émission présente également les points de vue de personnalités telles que Serge Daney, Pierre-André Boutang et Jean Douchet.

Frédéric Mitterrand est décédé à 76 ans d'un cancer
L’ancien ministre de la culture Frédéric Mitterrand lors de l’émission L’Heure des Livres

Une série d’émissions brillantes consacrées aux stars

À cette époque, la gauche au pouvoir cherchait à réformer la télévision. Frédéric Mitterrand devient opportunément l’un de ses visages emblématiques. Lorsque la cohabitation et la privatisation de TF1 mettent fin à cette expérience, Frédéric Mitterrand trouve refuge sur Antenne 2.

Ces Décès de Personnalités peuvent vous intéresser :

Le genre devient un incontournable des grilles télévisées, avec ses clichés habituels, ses mises en scène rétro et ses tonalités forcément solennelles. Frédéric Mitterrand a consacré toute une série d’émissions brillantes aux stars. « Destins », diffusée sur TF1, puis « Étoiles » et « Les Amants du Siècle » sur Antenne 2. Ils sont devenus des rendez-vous incontournables pour les téléspectateurs admiratifs, suivant avec fascination la carrière et la vie de Brigitte Bardot, Marlene Dietrich, Grace Kelly, Elizabeth Taylor ou encore Charlie Chaplin. Il s’est également essayé à l’actualité culturelle avec des émissions telles que « Permission de Minuit ». « Du Côté de chez Fred », où il a reçu des invités aussi prestigieux qu’Audrey Hepburn et Arielle Dombasle. Mais aussi « Étoile Palace », retransmise en direct depuis la salle Wagram.

K.Dumas

La Journaliste Intrépide du Microcosme Médiatique Une journaliste aux talents surréalistes, est née dans une grande ville où les scoops tombaient comme la pluie. Dès son plus jeune âge, Karine avait un don pour découvrir des histoires incroyables dans les endroits les plus inattendus.

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page