Décès de Célébrité

Benoît van Innis est mort à 63 ans d’un cancer le 24 février 2024

L’artiste Benoît van Innis s’est éteint à l’âge de 64 ans d’un cancer. Artiste mais aussi dessinateur de presse et auteur de bande dessinée. Il nous a quittés le samedi 24 février 2024 à Bruxelles.

Benoît van Innis nous a quittés à 63 ans le 24 février 2024

Benoît van Innis est né dans une famille de la bourgeoisie flamande en 1960 à Etterbeek, en Belgique. Son père était conseiller juridique. Il a grandi dans une grande famille avec sept frères et sœurs. Van Innis a été élevé dans un environnement où le français était parlé à la maison. Le néerlandais c’était à l’école et en ville, ce qui était typique de la bourgeoisie flamande à l’époque.

En 1976, il quitte le collège Notre-Dame de Bruges pour suivre des cours de peinture à l’Institut Saint-Luc à Gan. Dans l’atelier du peintre Dan Van Severen, il obtient son diplôme en 1984. Il compte René Magritte, William Steig, Saul Steinberg, Glen Baxter et Ronald Searle parmi ses influences graphiques. Son écrivain préféré est Francis Ponge. Il admire des cinéastes tels que Luis Buñuel, Robert Bresson, Andrei Tarkovsky et Jacques Tati. Il est également passionné par la musique d’Erik Satie.

Benoît van Innis est mort à l'âge de 63 ans d'un cancer le 24 février 2024
L’artiste Benoit van Innis : Inauguration d’une fresque commémorative pour les victimes du métro Maelbeek-Maalbeek

Benoît van Innis illustrait de grands magazines

Le travail de Benoît van Innis est largement diffusé dans la presse néerlandophone, notamment dans des publications telles que Panorama (plus tard P-Magazine), Humo, Knack et Vrij Nederland. Il contribue également à des journaux tels que De Morgen, De Standaard, NRC Handelsblad et De Volkskrant. Ses illustrations peuvent être retrouvées dans des magazines francophones. Le Vif, Lire, Magazine Littéraire, Le Monde et Paris Match. Il publie des caricatures deux fois par semaine, en alternance avec Jean-Jacques Sempé. Son travail a également été remarqué outre-Atlantique, notamment par le prestigieux magazine hebdomadaire américain The New Yorker. Il a réalisé plusieurs couvertures, recevant même des félicitations de Sempé.

Benoît van Innis a également publié plusieurs livres, dont son premier ouvrage, « Rire en automne à Bruges », préfacé par Ever Meulen et publié par les éditions parisiennes B. Barrault en 1989. Il a également sorti « Le Musée interdit » l’année suivante. S’en suit une introduction du poète flamand Roland Jooris, ainsi que d’autres titres tels que « Felle Hemel » (1993), « Oncle Gilbert » (1995), « Bravo, Bravo! » (2000) et « Le Vent est bleu » (2002). En 2008, il a réalisé des illustrations inspirées de la musique des compositeurs Erik Satie et François Poulenc. C’était à la demande de la pianiste Claire Chevalier.

En plus de son travail dans la presse et l’édition, les dessins de Benoît van Innis ont également été largement utilisés dans des campagnes publicitaires. Pour des produits de grande consommation comme pour des produits de luxe. Notamment dans les années 1990, pour des marques telles que Telefunken et Chanel.

Benoit van Innis est mort à 63 ans le 24 février 2024 d'un cancer à Bruxelles
Benoit van Innis travaillant une oeuvre d’art de carrelage

Reconnu dans l’art du carrelage

Benoît van Innis est également reconnu pour son talent dans l’art du carrelage. Certaines de ses peintures murales colorées peuvent être admirées à divers endroits, notamment à l’UC Louvain, sur la Grand Place de Deinze, au centre hospitalier de Wingene, au stade Jan Breydel à l’occasion de Bruges, capitale européenne de la culture, au restaurant De Refter à Bruges, à la piscine olympique Wezenberg d’Anvers, au bureau Mercator-Noordstar et à la station de métro Maalbeek.

Ce Décès de Célébrité peut vous intéresser : Bob de Groot est décédé le 13 novembre 2023 à l’âge de 82 ans à Ottignies, Ottignies-Louvain-la-Neuve en Belgique

Cependant, les attentats du 22 mars 2016 à Bruxelles ont entraîné la destruction de cette dernière œuvre, composée de huit personnages aux lignes épurées. En hommage aux victimes, Benoît van Innis a réalisé une nouvelle œuvre, représentant un olivier, symbole de paix dans de nombreuses cultures. Cette nouvelle création a été inaugurée le 18 juillet 2016 et est accompagnée d’un poème écrit par l’artiste en français, en néerlandais, ainsi que dans les six langues officielles de l’UNESCO.

Décès des Célébrités Françaises et Internationales

K.Dumas

La Journaliste Intrépide du Microcosme Médiatique Une journaliste aux talents surréalistes, est née dans une grande ville où les scoops tombaient comme la pluie. Dès son plus jeune âge, Karine avait un don pour découvrir des histoires incroyables dans les endroits les plus inattendus.

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page