Décès de Célébrité

Louis Colombani est mort à 92 ans le 29 janvier 2024, sur l’île de Minorque

Louis Colombani est mort à 92 ans, personnalité marquante de Toulon. Un nom, un charisme et surtout un parcours politique impressionnant. Ex-parlementaire, ex-élu municipal et ex-vice-président de la Région, il s’est éteint sur l’île de Minorque. Il y vivait depuis plus de deux décennies.

Né en 1931, issu d’une famille très modeste d’origine corse, avec des parents qui ont longtemps tenu le bar de La Loubière, Louis Colombani n’a pas connu un parcours politique classique. Passant peu de temps sur les bancs de l’école, c’est à l’arsenal de Toulon qu’il débute sa vie professionnelle à 17 ans.

Marié à Fanny, il fera un passage au RCT comme troisième ligne aile entre 1952 et 1954. Par la suite, comme ses parents, il gérera un bar-tabac, le Concorde, à la sortie de Toulon pendant quinze ans.

Le tournant, ça a été mai 68. Voir ce désordre dans le pays ne lui plaisait pas beaucoup. Il a adhéré aux Républicains indépendants, alors le parti de Giscard d’Estaing. Il a commencé tout en bas, comme colleur d’affiches, avant de gravir les échelons. Mon père, qui était bien implanté dans les milieux populaires, avait vraiment la volonté de servir les Toulonnais. Il était également président de deux syndicats mixtes, celui des transports (Sitcat) et de la lutte contre les incendies (Siliat). Mais des tensions ont fini par apparaître avec le maire François Trucy.

Michel, son fils

Louis Colombani est mort à 92 ans
Louis Colombani est mort à 92 ans le 29 janvier 2024

Député de la deuxième circonscription du Var sous l’étiquette UDF-PR

Maurice Arreckx intègre « ce combattant » dans son équipe municipale en 1977. En 1983, il devient député suppléant d’Arthur Paecht dans l’ouest-Var. En 1988, pendant qu’il occupe le poste d’adjoint au maire et de conseiller régional, Louis Colombani est élu député de la deuxième circonscription du Var sous l’étiquette UDF-PR.

Selon le fils de Louis Colombani, les désaccords concernent notamment le dossier de la traversée de Toulon (il était favorable à une rocade de contournement) et la privatisation du service des eaux, qui lui déplaît fortement. « Il n’avait pas l’ambition d’être maire, mais c’était un sanguin, poursuit Michel. Il était tellement en colère qu’il a fait une liste contre Trucy en 1995. »

Le dissident, avec le jeune Philippe Vitel à ses côtés, ne réunira finalement que 9,61% des voix. On connaît la suite : Jean-Marie Le Chevallier l’emporte devant François Trucy quelques semaines plus tard et devient le premier maire Front national d’une grande ville.

Ce Décès de Célébrité devrait vous intéresser :

Louis Colombani battu par le socialiste Robert Gaïa

Certains accuseront Louis Colombani d’avoir fait le jeu du FN en émiettant les suffrages de la majorité. Une blessure dont l’homme politique souffrira longtemps. « C’était dégoûtant de dire ça, enrage encore aujourd’hui son fils. Mon père n’était pas qualifié au second tour et n’a donné aucune consigne de vote. Il n’y est pour rien. Ceux qui portent les idées d’extrême droite ont toujours été ses ennemis. »

En 1997, lors de la dissolution de l’Assemblée nationale, Louis Colombani voit son mandat de député lui échapper, étant battu par le socialiste Robert Gaïa, ce qui marque la fin de sa carrière politique à l’âge de 66 ans. Il se retire aux Baléares, où il entame une retraite sereine, éloigné de l’effervescence toulonnaise. Pointactu présente ses condoléances sincères à ses proches, sa famille, ainsi qu’à ses enfants Michel et Marianne.

Décès des Célébrités Françaises et Internationales

K.Dumas

La Journaliste Intrépide du Microcosme Médiatique Une journaliste aux talents surréalistes, est née dans une grande ville où les scoops tombaient comme la pluie. Dès son plus jeune âge, Karine avait un don pour découvrir des histoires incroyables dans les endroits les plus inattendus.

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page