Décès de Célébrité

Samdech Preah Agga Maha Sangharajadhipati Tep Vong est mort à 92 ans

Le moine bouddhiste cambodgien Tep Vong est mort à 92 ans le 24 février 2024. Il fut le Grand Patriarche Suprême du Cambodge. Il était bien connu pour son rôle dans le rétablissement de la moinerie cambodgienne après la période Pol Pot.

Tep Vong est mort à l’âge de 92 ans à l’hôpital de Phnom Penh

Le vénérable Tep Vong etait soigné à l’hôpital Calmette de Phnom Penh depuis plusieurs mois. L’ancien Premier ministre Hun Sen et plusieurs autres membres de la direction du Royaume lui ont rendu visite à l’hôpital pour lui rendre hommage ces derniers mois.

Samdech Tep Vong est né dans le village de Trapeang Chork. Commune de Chreav, située dans la municipalité de Siem Reap. À l’âge de 10 ans, il part étudier à Wat Reach Bo dans la capitale provinciale de Siem Reap. À l’âge de 16 ans, il devient novice dans le même temple, mais en raison de ses responsabilités familiales, il reste dans cette position pendant seulement neuf mois.

Son instructeur était le Vénérable Hing Mao, l’abbé du temple. À l’âge de 21 ans, il est ordonné bhikkhu au temple, toujours sous la direction du même instructeur. En 1956, il est nommé kru sotr, ou moine de deuxième rang du temple.

Le moine Tep Vong est mort à l'âge de 92 ans à l'hôpital Calmette de Phnom Penh
Le vénérable moine Tep Vong décédé à 92 ans le 26 février 2024

Il avait du renoncer à son statut de moine sous le régime de Pol Pot

Pendant la période de 1975 à 1979, comme la plupart des moines cambodgiens, Tep Vong a été contraint de renoncer à son statut de moine sous le régime de Pol Pot. Selon certaines sources, il aurait fui au Vietnam pendant cette période, bien que cette affirmation soit sujette à débat.

Lors du Tribunal révolutionnaire populaire, parrainé par les Vietnamiens et tenu du 15 au 20 juillet 1979, Tep Vong a témoigné accusant Pol Pot d’avoir exécuté 57 moines. Dont trois de ses propres neveux. Depuis lors, Tep Vong a adopté une attitude plus indulgente envers les dirigeants khmers rouges. Il allait jusqu’à comparer Ieng Sary à Aṅgulimāla. Le brigand impitoyable qui s’est complètement transformé après sa conversion au bouddhisme.

Tep Vong représentait le nouvel exécutif de la République populaire du Kampuchea (RPK)

Tep Vong était le cadet des sept moines seniors réinstallés à Wat Ounalom lors d’une cérémonie officiée par l’État le 19 septembre 1979. Dans le dessein de rétablir formellement la communauté monastique cambodgienne, presque anéantie par les Khmers rouges. Toutefois, certaines voix ont mis en doute l’ancienneté de Tep Vong et la légitimité de cette célébration. La nouvelle lignée monastique instaurée à cette occasion ne faisait aucune distinction entre les ordres Mahanikay et Dhammayut qui avaient survécu à l’éradication menée par Pol Pot.

Ce Décès de Célébrité peut vous intéresser : Le pilote de F1 Wilson Fittipaldi est décédé à 80 ans

Comme la plupart des autres moines ordonnés, Tep Vong avait déjà renoué avec la vie monastique en juin 1979. Il représentait le nouvel exécutif de la République populaire du Kampuchea (RPK) en tant que moine. Surtout lors de déplacements en Mongolie et en Union soviétique cette même année. En août 1979, il arborait des habits religieux lorsqu’il témoignait au procès par contumace de Pol Pot et autres figures des Khmers rouges. Il déclarait que dans une seule localité, des agents de cette faction avaient mis à mort 57 moines. Incluant trois de ses neveux. Il a aussi attesté avoir été astreint au travail forcé pendant près de quatre années sous le joug du régime khmer rouge.

Décès de Célébrités Françaises et Internationales

Laurent Solesse

Je traite toute l’actualité dans le domaine du sport. Mon travail peut prendre plusieurs formes : consultant sportif, rédacteur ou encore animateur d’une émission sportive. Je suis chargé d’informer le grand public des dernières informations dans ce domaine (compétitions, interviews, reportages, etc.).

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page