Economie

La grève dans l’automobile aux États-Unis s’étend

Plus de 34.000 ouvriers du secteur se sont mis en grève, après que 9.000 employés d’un site Ford viennent rejoindre le mouvement

Pas moins de 8.700 employés d’un site Ford du Kentucky, dans le centre des États-Unis, ont cessé le travail mercredi 11 octobre selon le syndicat UAW, en réponse, au refus du constructeur de faire davantage de concessions dans les négociations sur un nouvel accord collectif. Ces salariés d’une usine de Louisville sont venus également grossir les rangs des effectifs déjà en grève au sein des trois grands constructeurs automobiles américains : General Motors, Ford et Stellantis (Chrysler), pour les porter à près de 35.000, alors que le mouvement dure maintenant depuis près de quatre semaines. Environ 25% des employés syndiqués sont désormais à l’arrêt auprès des «Big Three», terme qui désigne les trois constructeurs. La semaine dernière, Ford avait échappé au couperet de l’extension du mouvement. C’est semaine c’est Stellantis, qui fabrique notamment les Jeep.

La grève dans l'industrie automobile américaine est directement liée au passage au véhicule électrique
La grève dans l’industrie automobile américaine directement liée au passage au véhicule électrique

Grève automobile aux U.S.A : Le syndicat du secteur augmente la pression sur les constructeurs

LIRE AUSSI : Le Cac 40 s’offre sa meilleure séance en deux mois

Ford a qualifié l’annonce de l’UAW de «grossièrement irresponsable», alertant que l’expansion de la grève «entraînera des conséquences douloureuses» notamment sur les autres secteurs de l’entreprise ainsi que ses fournisseurs. Les discussions s’enchainent notamment sur le montant des revalorisations salariales. L’UAW réclame quelque 40% d’augmentation sur les quatre années de la nouvelle convention, tandis que Ford n’est allé que jusqu’à 23%, GM et Stellantis s’étant arrêtés tout juste à 20%. Le syndicat cherche aussi à obtenir des garanties relatives à la transition des trois constructeurs vers l’électrique, qui va entraîner la fermeture brutale de certains sites mais surtout à l’ouverture de nouvelles usines.

LIRE AUSSI : La France Insoumise se rendre à une autre manifestation contre l’antisémitisme

Au total, ce sont désormais plus de 25 000 travailleurs sur les près de 150 000 que compte au total le syndicat qui ont cessé le travail.

Toute l’Actualité de l’Economie

Philippe Blanco

est un journaliste passionné et intrépide, né dans la petite ville fictive de Willowbrook en 1975. Dès son plus jeune âge, il a développé une curiosité insatiable pour le monde qui l'entoure, posant des questions et explorant des idées avec une profonde fascination. Il a grandi en rêvant de parcourir le monde et de raconter des histoires qui captiveraient le cœur des gens.

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page