Environnement

COP28 : un accord historique trouvé à Dubaï sur une « transition hors des énergies Fossiles »

COP28 : Les États participants à la conférence mondiale sur le climat ont validé un texte de compromis. Il consiste à une sortie progressive des combustibles fossiles afin d’éviter les pires conséquences du changement climatique.

John Kerry avait averti de la dernière chance à trouver un accord à la COP28
COP28 : John Kerry avait averti de la dernière chance à trouver un accord

Une procédure accélérée après plusieurs jours d’indécision et de tension

Peu de temps après le début d’une réunion plénière maintes fois repoussée, Sultan Al-Jaber a utilisé son marteau. En faisant cela, le président de la 28e Conférence des parties sur le climat (COP28) a officialisé un consensus sur le Global Stocktake, le document le plus crucial de cette conférence. Ce bilan de l’accord de Paris de 2015 utilise des termes forts contre les énergies fossiles, responsables à 80 % du réchauffement climatique. C’est une décision « historique pour intensifier l’action climatique », a déclaré Sultan Al-Jaber, suscitant une ovation dans la salle.

COP28 : accord trouvé sur la diminution des énergies fossiles
Adoption final de la COP28 avec une diminution progressive des énergies fossiles

COP28 : Une nuit entière à la recherche de termes acceptables

Avant ce moment crucial, une nuit a été consacrée à la recherche de termes acceptables par les délégations du monde entier. Le mardi 12 décembre, jour officiel de clôture de la 28e Conférence des parties sur le climat (COP28), le président Sultan Al-Jaber a d’abord échoué à respecter l’heure prévue. À Dubaï, personne n’y croyait vraiment. Trop de pression, trop d’enjeux, trop de résistance flottaient entre les pavillons nationaux.

Un accord final accepté pour la sortie des énergies fossiles
Manifestation pour la sortie des énergies fossiles

LIRE AUSSI : Notre-Dame de Paris : où en sont les travaux ?

Pour la première fois dans l’histoire de la diplomatie climatique, une conférence de l’ONU s’est concentrée sur les énergies fossiles. Le responsable émirati a donc continué de retarder la publication de la version définitive du Global Stocktake. Un bilan de l’accord de Paris de 2015 censé renforcer les ambitions des États. Ensuite, il a consulté toute la nuit : les États-Unis, l’Union européenne, des pays comme le Bangladesh, et surtout le ministre de l’Énergie de l’Arabie saoudite, le prince Abdulaziz Ben Salman, arrivé après minuit. Un travail nocturne indispensable pour préparer le terrain à cette dernière journée de réunions plénières.

Toute l’Actualité sur l’Environnement

Philippe Blanco

est un journaliste passionné et intrépide, né dans la petite ville fictive de Willowbrook en 1975. Dès son plus jeune âge, il a développé une curiosité insatiable pour le monde qui l'entoure, posant des questions et explorant des idées avec une profonde fascination. Il a grandi en rêvant de parcourir le monde et de raconter des histoires qui captiveraient le cœur des gens.

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page