Justice et faits divers

Maladie d’Aujeszky confirmée en Dordogne suite à la mort de trois chiens de chasse

Les analyses sont concluantes : c’est la maladie d’Aujeszky qui a causé la mort de trois chiens de chasse en Dordogne. Cette maladie, d’origine porcine, est mortelle pour les chiens, mais elle n’est pas transmissible à l’homme.

Trois chiens décédés étaient infecté par la maladie d’Aujesky.

Effectivement, les trois chiens de chasse décédés en décembre dernier en Dordogne ont bien été infectés par la maladie d’Aujeszky. Les résultats des prélèvements, envoyés au laboratoire national de référence, ont été transmis à la direction départementale de l’emploi, du travail, des solidarités et de la protection des populations à la fin du mois de janvier. Ces résultats confirment la présence de cette maladie porcine, mortelle pour les chiens et transmissible par contact sanguin.

Les trois chiens, appartenant à des chasseurs de Prats-du-Périgord et de Saint-Pardoux-Vielvic, ont été euthanasiés par les vétérinaires dès les premiers symptômes. En effet, il n’existe pas de traitement pour la maladie d’Aujeszky chez les chiens. La maladie progresse rapidement, et les chiens souffrent de symptômes douloureux, allant jusqu’à s’automutiler, avant de devenir paralysés.

Trois chiens de chasse tués par la La maladie d'Aujeszky en Dordogne
La Fédération de chasse de la Dordogne suite à la présence de la maladie d’Aujeszky réitère ses conseils de prévention à ses adhérents

Maladie d’Aujeszky : la Fédération de chasse de la Dordogne réitère ses conseils de prévention à ses adhérents

Il est crucial d’éviter que les chiens mordent le sanglier pendant et après la mise à mort, lorsque du sang est présent.

Mickaël Balaine, technicien à la Fédération de chasse

Selon Mickaël Balaine, la contamination à la maladie d’Aujeszky reste rare en Dordogne. Les cas détectés étant répertoriés principalement dans le sud du département. Le technicien souligne également qu’il est important d’éviter les concentrations de sangliers pour prévenir les contaminations au sein de cette population.

Cette Actualité de Justice et Faits Divers peut vous intérresser : Gérard Miller accusé d’agressions sexuelles et d’un viol par trois femmes

Le technicien rappelle également qu’il est essentiel de déposer les viscères des sangliers dans des bacs spécifiques. Celà évite la contamination des autres carnivores et la propagation de la maladie d’Aujeszky. Il mentionne qu’il existe 53 bacs à équarrissage dans le département. Environ 575 tonnes ont été collectées en 2023, et on prévoit d’atteindre les 600 tonnes cette année.

Toutes les Actualités de justice et Faits Divers

Cédric VEDEL

est directeur de publication et un des journalistes de Pointactu. Passionné par l'Asie, né en Auvergne en 1971. Dès son plus jeune âge, il a développé une curiosité débordante pour tout ce qui l'entoure. Il a grandi en rêvant de parcourir le monde et de raconter des histoires qui captiveraient le cœur des gens.

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page