Justice et faits divers
A la Une

Philippe Grumbach, ancien directeur de l’Express était un espion russe, révèle le magazine

Le magazine L’Express rapporte que Philippe Grumbach, son ancien directeur pendant 35 ans, était un agent infiltré du KGB. Il travaillait pour les services de renseignement russes à l’époque de l’Union soviétique, dans les années 1970.

Philippe Grumbach aurait été l’un des espions soviétiques les plus importants de la Ve République

Il avait occupé des fonctions de rédacteur en chef de 1956 à 1960. Avant de devenir le directeur de la rédaction de L’Express en 1974. Il aurait été un agent infiltré du KGB dans les années 1970.

Son entourage intime a confirmé cette relation occulte à L’Express. Proche de Mitterrand et de Giscard, il a été, à l’insu de tous, un des plus grands espions soviétiques de la Ve République.

Le rédacteur en chef société Etienne Girard

Philippe Grumbach, qui se cachait derrière l’alias « Brok », est décédé en 2003, à 79 ans.

Philippe Grumbach ancien directeur de l'Express était un espion des services secrets russe
Philippe Grumbach était directeur du magazine L’Express mais aussi un espion de l’URSS

Sa misson : faire perdre Valéry Giscard d’Estaing pendant la présidentielle de 1974

Étienne Girard était l’invité de franceinfo ce jeudi matin pour partager les détails de son enquête. Il a notamment révélé que pendant la présidentielle de 1974, Philippe Grumbach avait reçu pour mission du KGB de faire échouer la candidature de Valéry Giscard d’Estaing à l’élection présidentielle, en faveur de François Mitterrand, qui était alors allié aux communistes. Cependant, le candidat du centre-droit a néanmoins remporté l’élection présidentielle.

Philippe Grumbach ancien directeur de l'Express était un espion de l'union soviétique
Philippe Grumbach ancien directeur de L’Express était un espion du KGB

Les motivations de Philippe Grumbach, selon l’enquête d’Étienne Girard, étaient idéologiques et financières

Sur franceinfo, Etienne Girard a également révélé que, initialement, les motivations de Philippe Grumbach étaient principalement idéologiques, mais qu’elles ont évolué pour devenir également financières par la suite. Cela suggère que Grumbach aurait été d’abord motivé par ses convictions idéologiques en faveur du communisme et de l’Union soviétique, mais qu’il aurait ensuite cherché à tirer profit de son rôle d’agent du KGB.

Il était impossible de ne pas dévoiler cette zone d’ombre au sein d’un journal qui, de Jean-Jacques Servan-Schreiber à Jean-François Revel, de François Mauriac à Raymond Aron, s’est toujours attaché à combattre les utopies totalitaires et les ravages du communisme.

Etienne Girard et Eric Chol, directeur de la rédaction, dans l’édito du magazine

Ces Actualités de Faits Divers peuvent vous intéresser :

Philippe Grumbach : un patron de presse devenu espion du KGB
Philippe Grumbach était un agent du KGB et un patron de presse

« Sur le champ du déshonneur, le nom de Philippe Grumbach rejoint ainsi celui d’autres agents de l’Est infiltrés dans les plus hautes sphères de l’État ou dans les médias, et désormais démasqués », déclare-t-il, en rappelant notamment qu’en 1996, L’Express avait déjà dévoilé comment l’ancien ministre Charles Hernu œuvrait pour le compte du KGB et de ses satellites.

Actualités de la Justice et des Faits Divers

Philippe Blanco

est un journaliste passionné et intrépide, né dans la petite ville fictive de Willowbrook en 1975. Dès son plus jeune âge, il a développé une curiosité insatiable pour le monde qui l'entoure, posant des questions et explorant des idées avec une profonde fascination. Il a grandi en rêvant de parcourir le monde et de raconter des histoires qui captiveraient le cœur des gens.

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page