Politique

Décret d’urgence de Javier Milei : le Parlement convoqué en session extraordinaire

Décret d’urgence de Javier Milei : Le gouvernement argentin a appelé le Parlement à une session extraordinaire pour examiner des mesures de réforme de l’État. Ils souhaite également vérifier un décret controversé prévoyant une dérégulation importante de l’économie.

Le « décret d’urgence », signé par Javier Milei dix jours après son entrée en fonction, vise à modifier ou à abroger plus de 300 normes. La session extraordinaire est prévue du 26 décembre au 31 janvier, mais le parti d’extrême droite de Milei est largement minoritaire au Parlement.

Décret d'urgence de Javier Milei : le Parlement convoqué d'urgence pour l'examiner
Une manifestation contre le décret d’urgence de Javier Milei

Les organisations de gauche protestent contre le programme et les mesures du décret présidentiel

La session extraordinaire du Parlement en Argentine fait suite à des manifestations des syndicats et des organisations de gauche. Ils protestent contre le programme d’austérité du gouvernement et les mesures contenues dans le décret présidentiel. Les confédérations syndicales ont également appelé à des manifestations devant les tribunaux pour contester la constitutionnalité du décret.

Le « décret d’urgence » signé par le président argentin Javier Milei, publié récemment au Journal officiel, vise à modifier ou abroger plus de 300 normes. Parmi celles-ci, on retrouve des dispositions relatives aux loyers, aux privatisations et au droit du travail. Le décret propose notamment l’abrogation de la loi encadrant les loyers ainsi que celle visant à limiter la spéculation de la grande distribution, alors que les prix des biens essentiels continuent d’augmenter.

LIRE AUSSI : En Argentine, le récent gouvernement dirigé par Javier Milei déprécie le peso de plus de 50 % et resserre la discipline budgétaire

Les manifestations sur le décret urgent de Javier Milei ne passe pas en Argentine
Manifestation contre la politique de Javier Milei

Décret d’urgence en Argentine : les salariés contraints à effectuer une période d’essai de huit mois

Le décret d’urgence signé par le président argentin Javier Milei abroge également des réglementations qui protégeaient les travailleurs. Parmi les changements, on note une prolongation de la période d’essai de trois à huit mois. Une modification favorable aux entreprises des régimes d’indemnisation pour licenciement sans cause. On note aussi une renégociation des accords collectifs en vigueur depuis 1975. Le Parlement dispose de dix jours après la publication au Journal officiel pour approuver ou rejeter le décret dans son intégralité. Aucune possibilité d’ouvrir la discussion sur les détails de son contenu, conformément à la réglementation relative au traitement des décrets d’urgence.

Cet article peut vous intéresser : Anticor : L’association de lutte contre la corruption proteste contre la décision du gouvernement de ne pas renouveler son agrément

Javier Milei n’a pas la majorité des deux chambres

Le décret sera approuvé à la majorité simple et prendra effet le 29 décembre, s’il n’est pas examiné dans le délai imparti. Pour l’invalider, les deux chambres doivent le rejeter. Le parti d’extrême droite de Javier Milei, La Libertad Avanza, est minoritaire dans les deux chambres. Il dispose seulement de 40 sièges sur 257 à la Chambre basse et sept sièges au Sénat sur 72. Javier Milei a remporté l’élection présidentielle en novembre avec un programme axé sur la réduction de la taille de l’État et le rejet de la « caste politique ».

Découvrir toute l’Actualité de la Politique

Laurent Solesse

Je traite toute l’actualité dans le domaine du sport. Mon travail peut prendre plusieurs formes : consultant sportif, rédacteur ou encore animateur d’une émission sportive. Je suis chargé d’informer le grand public des dernières informations dans ce domaine (compétitions, interviews, reportages, etc.).

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page