Santé

La vaccination contre le Covid-19 a préservé au moins 1,4 million de vies en Europe

Une analyse de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) sur la vaccination contre le Covid-19 s’est terminé. Elle a évalué les résultats de deux ans et demi de campagne de vaccination contre le Sars-CoV-2. Les décès évités concernent principalement la population de 60 ans et plus.

Les vaccins ont permis de réduire la mortalité de 57 %

Le moment de rendre des comptes est arrivé pour les vaccins contre le Covid-19. Les résultats, sans surprise, sont positifs selon un récent rapport de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS). Le 16 janvier, le réseau chargé de la surveillance des maladies respiratoires a publié une étude sur l’impact de la vaccination sur le nombre de vies sauvées en Europe.

Cette étude sur la vaccination contre Covid-19 n’est bien entendu pas la première de son genre. Selon les experts de l’OMS, les vaccins ont contribué à réduire la mortalité liée au virus de 57 %. Période entre décembre 2020, date de leur introduction et mars 2023. Cela représente environ 1,4 million de vies préservées dans 34 pays du continent européen. Les chercheurs soulignent que l’ensemble des pays relevant du bureau régional Europe de l’OMS, comprenant la Russie et des nations d’Asie centrale, ont signalé 2,2 millions de décès liés au Sars-CoV-2 au cours des trois premières années de la pandémie.

Aujourd’hui, il y a 1,4 million de personnes dans nos régions – la plupart sont des personnes âgées – qui peuvent profiter de leur vie, entourées de leurs proches, parce qu’elles ont pris la décision vitale de se faire vacciner contre le Covid-19. C’est la puissance des vaccins. Les preuves sont irréfutables.

Dr Hans Kluge, directeur régional de l’OMS pour l’Europe

Résultat sur l'étude sur la vaccination contre le Covid-19
Le résultat sur l’étude sur la vaccination contre le Covid-19

La quasi-totalité des vies sauvées (96%) concerne les personnes de plus de 60 ans

Les pays ayant rapidement initié des programmes de vaccination englobant une grande partie de leur population, telles que la Belgique, le Danemark, l’Islande, l’Irlande, Israël, Malte, les Pays-Bas et le Royaume-Uni, ont enregistré les bénéfices les plus significatifs en termes de vies préservées grâce à la vaccination. Ainsi, Israël a noté les avantages les plus marqués pour tous les groupes d’âge, avec une réduction de la mortalité de 75 %. Suivi de près par Malte et l’Islande avec des réductions respectives de 72 % et 71 %.

« L’analyse de ce type est essentielle, car à mesure que les années passent et que cet épisode s’éloigne de nous, l’impact de la vaccination risque d’être minimisé, comme cela a été le cas pour d’autres épidémies », souligne l’épidémiologiste. « Avec le temps, on oublie pourquoi on se vaccine et on commence à négliger cette mesure de prévention, ce qui ouvre la voie à un retour de maladies infectieuses, que certains pensent, à tort, appartenir au passé », poursuit-il en citant l’exemple de la rougeole qui fait actuellement son retour sur le continent européen.

Les limites de cette étude sur les vaccinations contre le Covid-19

Cependant, le scientifique souligne quelques limites de cette étude. « Ce travail repose sur les données de mortalité dues au Covid-19 rapportées par les pays. Mais nous savons qu’elles sont parfois sous-estimées », précise-t-il. De plus, les experts de l’OMS n’ont pas pris en compte les effets « altruistes » du vaccin. « Il faudrait également tenir compte de ses bénéfices indirects : les décès qui n’ont pas eu lieu parce que les personnes vaccinées ont moins transmis le virus, mais aussi les décès évités grâce à l’amélioration des systèmes de santé », souligne l’épidémiologiste, qui a réalisé ce type de travail pour les décès évités en 2021. En d’autres termes, le nombre de vies épargnées en Europe pourrait être bien supérieur à 1,4 million.

Les vaccins contre le Codi-19 ont sauvés plus de 1.4 millions de personnes
Les vaccins contre le Codi-19 ont sauvés plus de 1.4 millions de personnes en Europe

Les bénéfices de la vaccination contre le Covid-19 varient en fonction des pays

Lors de la conférence de presse, le Dr Kluge a souligné l’importance pour les individus les plus vulnérables. Ils doivent maintenir un schéma de vaccination régulier, espacé de 6 à 12 mois après leur dernière dose. Il a précisé que cette recommandation s’applique aux personnes âgées, aux femmes enceintes, aux individus immunodéprimés, à ceux souffrant de maladies chroniques, ainsi qu’au personnel de santé en première ligne. À l’instar de la vaccination contre la grippe, un rappel annuel est dorénavant préconisé pour lutter contre le Covid-19. Il est également recommandé de procéder à ces deux vaccinations simultanément. Cependant, en France, cette mesure peine à être pleinement adoptée. Actuellement, seulement environ un tiers des personnes âgées de plus de 65 ans a reçu son « booster ». Dans le cadre de la campagne vaccinale en cours, selon Santé publique France.

Cette Actualité Santé devrait vous intéresser : Le Vitiligo : Les patients vont obtenir le premier traitement autorisé et remboursé par l’Assurance maladie


« Le COVID-19 n’a pas disparu. Nous avons simplement appris à vivre avec », a souligné le Dr Kluge. Malgré le fait que son impact sur le système de santé soit désormais limité, le Covid-19 demeure la principale raison d’admission en réanimation parmi les infections respiratoires. Il surpasse toujours la grippe et les virus de la bronchiolite.

Voir les Actualités sur la Santé

Philippe Blanco

est un journaliste passionné et intrépide, né dans la petite ville fictive de Willowbrook en 1975. Dès son plus jeune âge, il a développé une curiosité insatiable pour le monde qui l'entoure, posant des questions et explorant des idées avec une profonde fascination. Il a grandi en rêvant de parcourir le monde et de raconter des histoires qui captiveraient le cœur des gens.

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page