Société

Le Baby Botox chez les plus de 25 ans fait fureur en France

Une intervention de baby Botox est devenu en France presque courante chez les jeunes femmes. Après avoir atteint le cap des vingt-cinq ans, la peau semble perdre de son élasticité. Cette échéance suscite leur angoisse, elles sont de plus en plus nombreuses à recourir au rétinol et au Baby Botox.

Baby Botox pour la génération Z qui ne veut pas vieillir

Probablement désorientées par les filtres d’écrans des réseaux sociaux qui altèrent la réalité et lissent en un clic leurs visages pourtant frais comme la rosée. Sur TikTok ou Instagram, auxquels les jeunes de 20 à 25 ans consacrent en moyenne trois à cinq heures par jour, l’apparence de poupée de cire est devenue la norme. Comme l’obsession des ridules du front, des yeux et des lèvres. Cette tendance est alimentée par les influenceuses et autres idoles des jeunes. Elles vantent les mérites de flacons riches en acide hyaluronique, collagène et rétinol. Ces molécules, normalement destinées aux peaux matures, sont désormais consommées sous forme de compléments alimentaires. Et par des jeunes femmes françaises à peine sorties de l’adolescence. Le Baby Botox est bien installé dans notre époque.

On ne s’étonnera guère que cette tendance nous vienne des États-Unis, où une étude de The Benchmarking Company (TBC) a révélé que si les millennials nés entre les années 1980 et la fin des années 1990 achetaient leur premier produit anti-âge vers l’âge de 35 ans, la jeunesse actuelle commence dès l’âge de 23 ans !

J’ai réalisé que j’allais avoir 20 ans et je me suis empressée de commander du rétinol, du sérum à la vitamine C, de l’écran solaire et une brosse à sécher afin d’avoir l’air d’avoir 19 ans pour toujours.

Lydia Waldrop, Mannequin

Le Baby Botox est un traitement anti-rides
Injection du Baby Botox : un traitement anti-rides réservé aux jeunes

Le Baby Botox pour cacher la peur de l’inconnu

Pour Maïlys Vuillier, psychologue à Paris, cette période est transitoire : « On quitte l’adolescence pour entrer dans l’âge adulte. Le besoin de contrôler son image, de comparer son corps aux autres est toujours fort. Cette peur du vieillissement s’explique aussi par l’angoisse de la mort, un sujet devenu quasi tabou dans une société où l’on parle moins de rituels religieux, de symboles. Ce qui accentue cette peur de l’inconnu. » En effet, depuis qu’elle a soufflé ses 25 bougies, Emma pense ne plus être « aussi jeune qu’à l’époque ». « Vieillir me rend anxieuse… Sur TikTok, je regarde beaucoup de contenus avec des célébrités qui présentent leur routine beauté de trente minutes matin et soir. Grâce à elles, j’utilise de l’acide hyaluronique et de la vitamine C pour offrir de la souplesse à ma peau… Même si je n’ai pas la certitude que cela fonctionne contre la vieillesse. »

Injection de Baby Botox mais à quel âge ?
A partir de quel âge peut-on faire des injections de Baby Botox ?

La banalité des produits « anti-âge »

Mathilde, du même âge, réside à Nancy et utilise un sérum ciblé de la marque Eucerin, certifiant regonfler les rides. Car « il semble que la peau perde en tonicité dès 25 ans, donc il vaut mieux anticiper que remédier ! ». Elle maîtrise également à la perfection les méthodes de kobido qu’elle a assimilées lors d’une visite à Paris, au salon de massages Faucheur (17e), et qu’elle met en œuvre assidûment chaque matin. Nathalie, une Parisienne de 26 ans, a choisi, quant à elle, une crème « premières rides » de Clarins. Néanmoins, selon la marque, « ce soin de jour infatigable aide les trentenaires à faire face aux journées intenses ».

Et ces produits dits « anti-âge » se banalisent comme si de rien n’était. « L’inquiétude des jeunes à propos de l’apparence de leur peau est relativement récente. Cela a commencé avant la crise sanitaire et s’est accentué avec les réseaux sociaux et les outils de visioconférence, explique Nadine Pomarède, dermatologue et fondatrice des DermoMedicalCenter, un espace médical et esthétique dédié à la beauté de la peau, du corps et des cheveux. Cette génération est très bien informée sur les composants actifs et leur mode d’action. »

Médecine esthétuque avec le Baby Botix pour les jeunes
Médecin esthétique avec le Baby Botox

Les méthodes de médecine esthétique ciblent les jeunes femmes

À l’instar des crèmes de beauté, les méthodes de médecine esthétique ciblent également désormais les jeunes femmes. Notamment le « Baby Botox », des injections microdosées de Botox prétendant prévenir les premiers signes de l’âge moyennant une somme modique de 300 à 400 euros par séance. « Contrairement au Botox, ces injections ne figent pas le visage. Conçues assez récemment, elles relâchent les muscles au lieu de les contracter et procurent aux 25-30 ans un coup d’éclat et un effet reposé durant six mois, à renouveler selon les besoins », explique le Dr Jonathan Haddad, chirurgien plasticien et esthétique dans le 17e arrondissement de Paris.

Certaines de mes patientes expriment le désir de ressembler à leurs stars préférées de Hollywood ou de la téléréalité, dont elles me montrent des photos retouchées. » Sur TikTok, les témoignages se multiplient. « Je vais essayer le Baby Botox pour la première fois parce que j’ai un pli étrange sur le front », confie Charlotte, à l’aube de ses 20 ans. « À quel âge est-on trop jeune pour le Botox ? », interroge une autre dans une vidéo supplémentaire.

La banalisation du Baby Botox chez les jeunes
Une consultation avant une injection de Baby Botox

Le Baby Botox pour mal vieillir

Le Dr. Haddad, quant à lui, rejette cette pratique pour deux patientes sur trois et, bien entendu, pour les mineures. « Il arrive qu’à l’adolescence, certaines souffrent de dysmorphophobie (pensée obsédante sur un défaut imaginaire ou une légère imperfection de l’apparence physique, NDLR). Je les oriente alors vers un psychologue ou un psychiatre afin qu’elles puissent renforcer leur confiance en elles. Il est essentiel qu’elles comprennent que je ne suis pas en mesure de bloquer l’horloge biologique. Je leur transmets ce dicton : “Je veux vieillir, mais je veux bien vieillir.” » Le spécialiste va même jusqu’à affirmer que les crèmes aux actifs puissants ne devraient pas être utilisées avant la trentaine, assurant qu’« avant cet âge, la peau est suffisamment ferme. Ces produits sont donc inadaptés et relèvent purement du marketing ; de plus, ils suscitent des obsessions chez les jeunes. »

Cette Actualité Société devrait vous plaire : La Malle Française un service de shopping personnalisé en ligne dédié aux femmes

Médecine esthétique avec une injection de Botox chez une personne âgée
Médecine esthétique : Une injection de Botox chez une personne âgée

On ne bloque pas l’horloge biologique

Le Dr. Haddad, lui, refuse cette pratique du Baby Botox pour deux patientes sur trois et, évidemment, pour les mineures. « Il arrive qu’à l’adolescence, certaines souffrent de dysmorphophobie (pensée obsédante sur un défaut imaginaire ou une légère imperfection de l’apparence physique, NDLR). Je les oriente alors vers un psychologue ou un psychiatre pour qu’elles puissent renforcer leur confiance en elles. Il faut qu’elles réalisent que je ne suis pas en mesure de bloquer l’horloge biologique. Je leur apprends ce dicton : “Je veux vieillir, mais je veux bien vieillir.” » Le spécialiste soutient même que les crèmes aux actifs puissants ne devraient pas être utilisées avant la trentaine, assurant qu’« avant cet âge, la peau est suffisamment ferme. Ces produits sont donc inadaptés et relèvent purement du marketing ; de plus, ils développent des obsessions chez les jeunes. »

Le Baby Botox a encore de longs jours devant lui !

Voir les Actualités Société

K.Dumas

La Journaliste Intrépide du Microcosme Médiatique Une journaliste aux talents surréalistes, est née dans une grande ville où les scoops tombaient comme la pluie. Dès son plus jeune âge, Karine avait un don pour découvrir des histoires incroyables dans les endroits les plus inattendus.

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page