Société

L’Amour est-il dans le pré ? Déménagement de Justine chez Patrice avec ses cartons de peluches

L’Amour est-il dans le pré ? On peut en douter quand on constate qu’après avoir testé rapidement la vie à la ferme, Justine s’est empressée de déménager chez Patrice, l’éternel célibataire. Un épisode où la jeune femme révèle son caractère bien trempé et sa passion si particulière.

Allez, assumons tous notre ressenti ! Et si cette dix-huitième saison de « L’Amour est dans le pré » sur la chaine M6 était finalement une des meilleures ? Le nouvel épisode des pérégrinations amoureuses dans les champs, diffusé ce lundi soir, était un petit chef-d’œuvre du genre qui a sans doute régalé les fans. L’Amour est-il dans le pré chez Justine et Patrice, un des couples les plus emblématiques de cette cuvée, l’heure était grave. Dès la fin de son séjour à la ferme, la prétendante avait décidé d’emménager chez son célibataire endurci de 39 ans. La voilà donc débarquant au volant de sa camionnette de location, accompagnée de Panpan, sur le siège passager, son lapin noir et blanc à qui elle a parlé pendant tout le trajet.

L'amour est dans le pré avec le déménagement de Justine chez Patrice
L’amour est dans le pré : Justine déménage chez Patrice rapidement

Pour les accueillir, le cultivateur de betteraves a mis les petits plats dans les grands. Et il n’en a même pas voulu à Panpan de s’oublier sur son polo, l’obligeant à se changer. Premier repas et première attention. L’agriculteur a offert à son amoureuse, en dessert, une mousse aux fruits de la passion où il était écrit en chocolat : « Bienvenue à la maison. » Alors que Justine commençait à déballer ses affaires, elle l’a avoué : elle a quinze cartons remplis uniquement de peluches ! De toutes les tailles et avec chacun un petit sobriquet.

« Tu sais que je les adore, tu le sais », a-t-elle lâché entre deux bouchées avant d’enchaîner. « Tu me connais tellement bien… Par contre je te donne le kiwi, je suis allergique. » Toujours aussi commode, la Justine ! Mais cette réflexion n’était rien comparée à la suite des événements. Pour l’aider à déballer ses trente cartons, les parents de Patrice et Jean-Michel, un serviable ami, sont venus à la rescousse. Et ils étaient loin d’imaginer à quelle sauce ils allaient être mangés.

Justine de l'amour est dans le pré très autoritaire avec Patrice
Justine de l’amour est dans le pré très autoritaire avec Patrice

Un autoritarisme très prononcé

Dès leur arrivée, Justine s’est transformée en caporal-chef et a fait preuve d’un autoritarisme hallucinant. « Alors, j’imagine la chose comme un travail à la chaîne et moi, je reste là pour faire le dispatche », a-t-elle assuré, avant de se faire retoquer pour sa méthode par Jean-Michel, le copain pas prêt à se faire ordonner quoi que ce soit. « Ben non, y’en a un qui va rester au soleil sinon, on prend tous un carton et puis c’est tout. Et personne ne me commande », rétorque-t-il, logiquement. « Attention à aller pas trop vite parce que moi, je range au fur et à mesure », s’est-elle alors énervée devant Jean-Michel, goguenard, qui s’est moqué de son « côté militaire ».

Évidemment, la bande-son, toujours a propos, a distillé un joli refrain des chœurs de l’armée. Alors que Justine commençait à déballer ses affaires, elle l’a avoué : elle a quinze cartons remplis uniquement de peluches ! De toutes les tailles et avec chacun un petit sobriquet. « On va investir dans une vitrine, comme pour la collection de petits tracteurs de Patrice. Et, je ne me voyais pas ne pas venir avec, parce que quand j’étais seule, je leur parlais », a-t-elle confié devant la caméra alors qu’elle énumérait les petits noms de ses doudous.

L'amour est dans le pré : Justine et Patrice. C’est moi la maîtresse de maison ici
L’amour est dans le pré C’est moi la maîtresse de maison ici !

LIRE AUSSI : Plats non « faits maison » dans les restaurants : le gouvernement impose leur signalement

L’Amour est-il dans le pré ? C’est moi la maîtresse de maison ici

Au fil des minutes, le ton est monté entre Justine et le pote Jean-Michel. « Il va trop vite, on n’a pas un train à prendre », pestait la jeune femme auprès de son amoureux, perdu par cet échange entre sa dulcinée et son entourage. Mais Justine ne comptait pas baisser la garde et a même osé aller plus loin. « Et puis Jean-Michel, c’est moi qui commande. Maintenant, c’est moi la maîtresse de maison ici », a-t-elle martelé devant l’assistance médusée. Une affirmation qui a fait déglutir les deux parents de Patrice.

« C’est rapide cette installation, on verra la suite », a commenté le papa, mine déconfite. À la fin de l’après-midi, la prétendante perdait cette fois complètement son sang-froid. « Je vous ai demandé de ralentir avec les cartons, vous êtes en train de m’épuiser là, il faut qu’ils arrêtent, ils vont me tuer », s’est-elle agacée dans un râle. Pas de quoi faire rêver pour la suite. « Ce déménagement a généré des tensions », commentait même le gentil Patrice, alors que Justine ne leur offrait même pas un pot, une fois le camion vidé. « Je ne peux pas tout accepter, je dois lui parler quand cela ne va pas. Même si cela me fait beaucoup de bien d’avoir une personne à la maison », concluait le paysan. La suite au prochain épisode..

Visitez l’Actualité de notre Société

K.Dumas

La Journaliste Intrépide du Microcosme Médiatique Une journaliste aux talents surréalistes, est née dans une grande ville où les scoops tombaient comme la pluie. Dès son plus jeune âge, Karine avait un don pour découvrir des histoires incroyables dans les endroits les plus inattendus.

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page